BMW Série7 : GTmousine


Vaisseau amiral de la firme bavaroise BMW, la grande Série 7, cinquième du nom, remet les compteurs à zéro en établissant de nouveaux jalons dans son segment de voiture de prestige tout en restant fidèle à la valeur sacrée de la maison : le plaisir de conduire.

Dans le cadre des essais presse internationaux de la nouvelle BMW Série 7, organisés dans la ville de Dresde, en Allemagne, nous avons pu apprécier les qualités intrinsèques de cette valeur sûre du segment des limousines. En effet, BMW a revu de fond en comble sa Série 7, notamment pour sa partie stylistique, dont la précédente génération, apparue en 2001, avait heurté la clientèle européenne trouvant son design massif et baroque, particulièrement chez les puristes. Paradoxalement, cette même version avait réalisé un véritable succès commercial, dont la marque peut se targuer de n’avoir jamais vendu autant de Série 7 sur une seule génération écoulée dans les grands marchés du luxe, à savoir l’Amérique du Nord, l’Asie, et les pays du Golfe. Aujourd’hui, BMW veut se réconcilier avec les Européens en sortant une berline à l’identité stylistique alliant l’élégance sportive au savoir-faire technologique de l’un des plus grands motoristes au monde.
Esthétiquement, cette Série 7 F01, qui inaugure une nouvelle codification, semble se tailler une place pour devenir la reine de sa catégorie tant sa  “physionomie” mélange harmonieusement l’élégance à la sportivité sans dénaturer sa ligne. A l’avant, elle arbore un faciès agressif laissant entrevoir des naseaux surdimensionnés intégrés sous forme de museau et une prise d’air inférieure, qui s’étend sur toute la largeur du bouclier accentuant la voie large de la berline. BMW_S_rie7_B_445635139.jpg
 Par ailleurs, de ses projecteurs racés, émane un regard de carnassier, souligné par les deux doubles phares ronds, signature typique de toute BMW, et matérialisé par les anneaux en couronne assurant l’éclairage en diurne auxquels s’ajoute une bande lumineuse claire, qui se superpose au bord supérieur des optiques.
Autre point novateur, les clignotants font appel à deux unités de 16 diodes électroluminescentes LED.  De profil, on découvre les caractéristiques communes aux modèles munichois, en l’occurrence un interminable capot moteur plongeant, un empattement long et des ports à faux réduits.

De plus, le pare-brise incliné et l’habitacle reculé, alternés par les lignes concaves et convexes de la caisse, démontrent clairement l’appartenance de cette “béhème” au clan des belines sportives civilisées. Petit détail, les répétiteurs de clignotants en chrome logés à cheval entre les portières et les ailes avant sont inspirés du Concept CS. En passant à l’arrière, on est captivé par la découpe particulière en L des feux réalisant un beau contraste lumineux, notamment lors de l’éclairage des diodes. A cet effet, on retrouve ces derniers au niveau du troisième feu de stop et de la plaque d’immatriculation. Afin d’apporter d’avantage d’élégance et de stature à l’ensemble, le couvercle du coffre reçoit un rebord assez prononcé et une bande chromée placée entre les feux arrière. Plus bas, on découvre une double sortie d’échappement directe jumelée pour la version diesel 730d et une autre rectangulaire chromée séparée, comme sur le X6 50i, pour la version V8 essence 750i et Li.
BMW_Habitacle_475040694.jpgA l’intérieur, la Série 7 incarne le luxe sous une forme particulièrement moderne et accueillante. Dotée d’une console centrale légèrement orientée vers le conducteur, la planche de bord révèle une présentation digne d’un paquebot accentuée par des matériaux de grande noblesse, tels que le bois précieux, le cuir nappa surpiqué, l’aluminium, voire de la céramique, une première sur certains éléments de commandes. Par ailleurs, l’assemblage du mobilier est d’une qualité somptueuse apportant aux occupants un sentiment de sérénité et de bien-être. Sur le plan de l’habitabilité, la Série 7 ne fait pas dans la demi-mesure car elle peut se vanter du plus long empattement de son segment et ce, tant en version normale (3070mm) qu’en version longue (3210mm). Dans les deux cas, cet atout se répercute autant sur l’habitabilité que sur l’agrément de conduite. Côté dotation, elle embarque dans sa finition Exclusive une armada d’équipements de confort et de sécurité dont on citera l’ingénieux système multimédia I Drive nouvelle génération, plus intuitif, muni d’un écran couleur haute définition Black Panel de 10.2 pouces et de huit touches raccourci préprogrammées, placées sur la console centrale, une connexion Internet illimitée (une première mondiale) via la fonction optionnelle Connected Drive,  un nouveau sélecteur électronique de vitesse automatique type joystick à six rapports avec mode séquentiel, fonction Auto Hold actionnée par une touche permettant le maintien automatique de la voiture à l’arrêt, une profusion d’airbags, climatisation automatique à quatre zones, une commande du Contrôle Dynamique de l’amortissement(suspension pilotée) à quatre modes (Confort, Normal, Sport et Sport+), un système de vision nocturne Night Vision avec repérage de piétons, l’affichage tête haute Head Up Display, l’alerte de dérive et détecteur de l’angle mort par témoin lumineux dans le rétroviseur et vibration dans le volant, un système de reconnaissance des panneaux de signalisation via une caméra intelligente et le système de navigation et bien d’autres technologies encore visant à choyer ses occupants.

BMW_1_899058268.jpgPour cet essai, nous avons opté pour deux des trois motorisations actuellement disponibles sur la Série 7, à savoir la version six cylindres turbo diesel 730d et le colossale V8 bi turbo essence en version limousine 750Li.
En prenant d’abord le volant de la 730d, on est tout de suite pris de surprise croyant qu’on a affaire à une version essence tant le silence est maître à bord.
En effet, la 730d bénéficie d’une excellente insonorisation à la faveur de ses vitres feuilletées et de l’encapsulage acoustique du moteur.          
Cette 730d reçoit une toute nouvelle génération de motorisation diesel puisque il s’agit d’un six cylindres en ligne turbo diesel de 3.0L à carter en aluminium développant une puissance de 245ch et un couple de 540Nm disponible dès les 1750Trs/min. Ce moteur, plus léger de cinq kilos par rapport au précédant (185kg), est doté d’une rampe commune de troisième génération comportant des injecteurs pièzo électriques pulvérisant le carburant dans la chambre à combustion à une pression de 1800bars. Associé à une excellente boîte automatique séquentielle à six rapports, ce groupe motopropulseur dégage une santé mécanique à faire pâlir ses homologues essences de plus forte cylindrée. Sur la route, la Série 7 fait preuve d’une agilité et d’un dynamisme rarement vu sur ce segment à la faveur de son poids réduit de 55kg par rapport au modèle sortant et de ses nouveaux trains de roulement bénéficiant d’une technique innovante comportant un essieu avant à doubles triangles obliques et de type Intégral V. A ce sujet, la Série 7 est dotée d’une version évoluée, équipée de la Direction Active Intégrale. Dans le détail, les roues arrière braquent de 3 degrés maximum dans le sens des roues avant à faible allure, ce qui accroît sa maniabilité en ville, et tournent dans le sens opposé de l’avant à haute vitesse afin de conférer à la voiture une stabilité et une précision élevée dans les enchainements de lacets ou en cas d’interventions abruptes sur le volant en situation d’urgence.BMW_7_Serie_02_869983329.jpg

Par ailleurs, le programme Efficient Dynamics fait son entrée sur la Série 7 visant à réduire la consommation et les rejets de CO2. Chose qui se vérifie à la pompe par une consommation extrêmement basse de 7.2L aux 100 km en cycle mixte.
Quant à la version summum 750Li, elle constitue le nec plus ultra chez BMW conjugué au superlatif. En effet, cette Série 7 haut de gamme, en attendant l’arrivée de la version V12 probablement turbocompressée, mérite tous les éloges tant elle se montre homogène. Comme son nom ne l’indique pas, cette 750Li est motorisée par un bloc V8 4.4L et non un 5.0l,  dopée par deux turbocompresseurs logés dans l’espace en V du moteur et une injection directe essence à haut pression HPI, seuls points communs avec l’autre version essence 740i à moteur six cylindres. Développant BMW_Moteur1_629121423.jpgune puissance de 407ch, ce bloc V8 ravira pleinement les amateurs de la belle mécanique de part sa sonorité envoûtante qui joue du grave à l’aigu à un régime maximum de 6400Trs/min sans percevoir le sifflement des turbo et ses performances qui damnera le pion aux berlines sportives averties avec un 0 à 100 km/h avalé en 5.2 secondes de l’autre. Sur l’autoroute allemande, Auto Bahn, la 750Li déploie tout son potentiel mécanique de haute voltige dans une ambiance feutrée incitant à “cruiser” de très longs parcours. Au chapitre consommation, BMW annonce un 11.4L aux 100 km en cycle combiné, ce qui s’avère un très bon résultat pour un mastodonte qui avoisine les 2t. Au final, cette Série 7 cru 2008 démontre le niveau de technicité et de conception très élevé chez BMW qui investit lourdement pour rester au sommet de la catégorie premium.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :