Essai Chevrolet Captiva 2.2l VCDI 184ch BVA 6: Confort et sérenité au menu


Apparu pour la première fois en 2006, le SUV Chevrolet Captiva vient de subir son premier restylage afin de poursuivre sa carrière sereinement.

Sans marquer une rupture radicale avec la génération précedante, le Captiva évolue sensiblement sur le plan du style avec son adoption à l'avant de la fameuse calandre à double ouverture ornée du logo de la marque. Cette calandre se distingue par sa proéminance, ce qui confère un caractère agressif et massif à la partie avant de ce modèle. Ce dernier est ainsi au diapason du reste des modèles de la gamme dotés d'une forte identité visuelle. De la Spark au Captiva, en passant par Sail 4 et 5p , Aveo 4 et 5p, Cruze 4 et 5p et Orlando (pas encore commercialisé), la gamme affiche une valorisante cohérence qui lui permet de revendiquer des valeurs propres à elle tout en étant facilement identifiable comme appartenant à Chevrolet. Mais l'évolution de ce SUV Captiva ne se contente pas de la calandre puisque ses blocs optiques ont été redessinés pour devenir plus fluides et plus étirées. Son bouclier massif et plus travaillé, arbore de nouvelles niches d'antibrouillard à l'extrémité de sa base. De profil, nous noterons les entrées d'air, sur les ailes avant, qui rétrecissent. A l'arrière en revanche, ce restylage se contente de l'adoption de feux avec "style rubis", plus moderne. En somme, cette nouvelle mouture du Captiva se revèle plus massive que la génération précedante tout en étant plus dynamique et plus actuelle.

captiva_TEST_3_975007643.jpgcaptiva_TEST_4_176791037.jpg 

Une fois la large portière ouverte pour permettre un accés aisé à l'habitacle, on découvre un environnement qui a gagné en qualité perçue grâce à la présence de laque noire et de chrome sur la planche de bord. Cette dérnière, partiellement redessinée, s'avére beaucoup plus moderne et son aspect plus haut de gamme. L'adoption d'un frein de parking électrique et de la commande de la nouvelle boite de vitesse automatique séquentielle, vont dans ce sens de la montée en gamme tout en permettant de dégager un nouvel espace. En revanche, le volant n'a pas évolué et aurait gagner à offrir une prise plus large au regard de la dimension massive du véhicule. Par ailleurs et en dehors de la planche de bord, l'habitacle très apprécié de l'anciennne génération, a été intégralement reconduit. Il offre en effet, une modularité à toute épreuve avec sa capacité à s'adapter à tous types de chargements. En configuration normale, (5places et les 2sièges de troisième rang escamotés), son coffre reste dans la moyenne de la catégorie avec un volume de 477L. Une fois les sièges rabattus en un clin d'oeil, pour offrir un plancher plat, ce volume passe à 942L, ce qui est appréciable. Modulable à souhait, cet habitacle s'apprécie pour sa facilité d'aménagement et d'adaptation.

captiva_TEST_5_284899383.jpgcaptiva_TEST_6_169300086.jpg

Au chapitre des équipements, ce nouveau SUV Captiva se montre généreux en se proposant dans une dotation très complète dès sa finition entrée de gamme. Afin de lui permettre de ratisser large et de se positionner face à ses nombreux concurrents, Diamal le représentant de la marque à l'étoile a choisi pour le marché algérien, une gamme cohèrente avec la présence de la finition LT en 4X2 5places, en entrée de gamme puis en 4X4 7places, en finition intermediaire. La finition LTZ 7places qui couronne cette gamme diesel, est quant à elle proposée au choix du client, avec la boite de vitesse manuelle où automatique. Afin de répondre à toutes les envies, Diamal a prévu une version essence animée d'une puissante mécanique V6 3.0L de 242ch. Même si cette version ne sera commercialisée qu'à des proportions réduites, le mérite de ce concessionnaire mérite d'être souligné en proposant une telle motorisation. Pour revenir aux équipements et sans être exhaustif, la version LT reçoit les airbags frontaux, l'ABS, le radar de recul, la direction assistée, l'air conditionné, le bluetooth, la radio CD MP3, le volant réglable en hauteur, les jantes en alliage de 17pouces, la condamnation centrale des ouvrants, les feux antibrouillards....la version LT 4X4 s'enrichie du cuir au volant et du marche-pieds. La finition LTZ, objet de cet essai, affiche en plus des équipements contenus dans les versions déjà citées, les airbags rideaux, l'ESP, le régulateur de vitesse, le detecteur de pluie, l'allumage automatique des feux, l'air conditionné automatique, l'ordinateur de bord, l'intérieur cuir, le réglage du volant en profondeur, le réglage électrique du siège conducteur, les jantes en alliage de 18pouces, le toit ouvrant électrique, les rétroviseurs rabattables électriquement, etc...

captiva_TEST_7_483902443.jpgcaptiva_TEST_10_376930495.jpg

Pour revenir à notre essai, c'est la version 2.2L VCDI de 184ch qui en a fait l'objet, dans le grand Alger pendant quelques jours. Première impression après la mise en route du moteur, le gain indéniable réalisé en insonorisation par rapport à la mécanique de 150ch de l'ancienne génération. Cela ne fait que conforter le niveau de confort. Sur la route, et au bout de quelques centaines de mètres seulement, on s'est apperçu que la direction à assistance variable apporte un autre confort à l'usage et soutient la sérenité du conducteur. Par rapport à l'ancienne génération, on s'est vite appérçu que le nouveau Captiva marque un bond qualitatif considérable. Il gomme d'un trait les défauts de l'ancien modèle en améliorant la qualité perçu, la tenue de route, le silence à bord et le confort de conduite. Sur la route en effet et après quelques dizaines de Km, la qualité de roulage proposée n'avait plus rien à avoir avec la génération précedante. Les mouvements de caisse sont en effet beaucoup moins présents, ce qui a pour conséquence une plus grande maitrise de la route. Le point faible principal de la précédente version du Captiva était la sonorité envahissante du moteur dans l'habitacle. Chevrolet a donc fait son maximum afin de réduire les nuisances et il faut bien avouer que le résultat est remarquable. Cette mécanique de 184 chevaux est d'une discrétion exemplaire et sa puissance disponible à 3.800 tr/min permet de rester dans la partie basse du compte-tour.
Avec 400 Nm de couple dès 2.000 tr/min, il bénéficie en outre d'une bonne disponibilité à bas régime et ne sera pas gêner pour les relances. Côté chassis, les ingénieurs de Chevrolet ont conservé le même système d'amortissement, bien que retravaillé pour permettre une absorption plus efficace des irrégularités de l'asphalte, ce qui a pour but de privilégier le confort. En terme de performances, nous noterons que ce groupe motopropulseur composé du VCDI de 184ch associé à la boite auto séquentielle de 6rapports, réalise une vitesse de pointe de 182Km. Le 0 à 100Km/h est accompli en 10,1s. La consommation moyenne en cycle mixte est de l'ordre de 7,6l aux 100Km, largement en baisse par rapport à l'ancienne génération. Ces valeurs sont honorables tenant compte du volume de la carrosserie qui mesure 4673mm de long, 1849mm de large, 1756mm de haut pour un empattement de 2707mm et un poids à vide de 1903Kg.

captiva_TEST_11_320962903.jpgcaptiva_TEST_12_456806957.jpg

Modèle à vocation familliale, ce SUV Captiva revendique aussi son carctère de véhicule de loisirs à la faveur de ses capacités à s'adapter aux besoins de ses utililisateurs. Il se conduit en toute sérenité et offre l'avantage de sa garde au sol elevée et de sa transmission 4X4, particulièrement appréciable sur route dégradée. Question tarif, ce SUV Captiva LTZ 4X4 BVA 6 est cédé au prix de 3 690 000 DA.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :