Toyota Prius Hybrid 1.8L essence 136ch: L’automobile revisité


Apparue en 1997, la Toyota Prius est la première voiture hybride au monde. Elle est aussi la première voiture de ce type à être introduite en Algérie puisqu’elle a été exposée lors du dernier Salon de l’Automobile d’Alger. Sa commercialisation est prévue pour un avenir proche.

C’est dans cette perspective que nous avons effectué cet essai dynamique qui nous a permis de nous rendre compte des bienfaits de cette technoToyota_Prius_19_577369263.jpglogie qui consiste à utiliser deux sources d’énergies différentes. Etant précurseur, cette Toyota Prius porte bien son nom puisque ce dernier signifie « En avance sur son temps ».
Aujourd’hui, ce modèle est déjà à sa 3ème génération puisque après la première de 97, il y a eu une seconde en 2004 puis l’actuelle depuis 2009. Le point commun entre ces trois générations en plus du fait qu’elle soit hybride, c’est certainement un style décalé, distinctif qui permet à la Prius, dès son apparition, d’exprimer sa différence et de revendiquer sa particularité.
Son style se distingue par l’extrême fluidité de ses lignes de pavillon qui favorisent son aérodynamisme. A ce titre, son coefficient de pénétration dans l’air de 0.25 est le plus bas de sa catégorie. Sa face avant arbore des optiques anguleuses qui grignotent largement sur les côtés en s’engouffrant dans les ailes. Le bouclier adopte une large entrée d’air et accueille dans des niches adaptées les clignotants et les antibrouillards.  Son capot moteur rappelle l’identité visuelle de la marque puisqu’il partage la forme galbée découverte chez Auris et nouvel Yaris.Toyota_Prius_21_275634163.jpg
De profil, les passages de roues sont désormais plus marqués, la ligne de caisse accentuée alors que les poignées de portes et les rétroviseurs sont à la couleur carrosserie. La partie arrière adopte un style qui confirme l’originalité de ce modèle qui porte avec fierté, sur les côtés et à l’arrière, la signature Hybride.
A bord, on découvre un univers très technologique combinant à la perfection le confort et l’ergonomie à un contenu épatant. A l’usage, cet habitacle de la Prius se révèle très agréable, au regard de son espace habitable généreux, de son niveau de confort élevé et de la qualité de ses matériaux.

 Les sièges et le volant sont habillés de cuir alors que la planche de bord arbore un matériau agréable au contact, valorisant et bénéficiant d’un agencement appréciable.  
Sa console centrale se prolonge jusqu’à l’accoudoir abritant en son sein le levier de vitesse automatique d’une part et d’autre part, séparant l’environnement immédiat des occupants du conducteur et du passager. A noter et c’est une autre particularité de la Prius que ce support du levier de vitesse est suspendu en hauteur.
Cela conforte le caractère unique de ce modèle qui se distingue ainsi par plusieurs aspects. En plus de cela, la Prius dispose de nombreux espaces de rangement, astucieusement agencés, et y ajoute un  volant à quatre branches tout aussi distinctif en adoptant un méplat comme pour dire ses capacités dynamiques et ses aptitudes à la performance. Par ailleurs, ce volant à la prise très agréable offre l’accès à un certain nombre de commandes très pratiques à l’usage.
L’assise à l’arrière est tout aussi appréciable et les occupants profitent d’espaces aux épaules et aux genoux largement suffisants pour accueillir, même les grands gabarits.   
Toujours au chapitre du confort et de l’habitabilité, cette Toyota dispose d’un coffre à bagage de 446litres de contenance confirmant ainsi sa vocation de véhicule familial. Toyota_Prius_24_645761865.jpg
Véhicule technologique à plus d’un titre, cette Toyota Prius se propose avec un certain nombre de prestations qui lui permet de revendiquer son positionnement haut. A titre d’exemple, l’accès à l’habitacle s’effectue instinctivement sans l’usage de la clef que l’on garde dans la poche puisque la portière s’ouvre dès la prise de la poignée, à la faveur de la présence d’un système de détection qui permet de reconnaitre la clef. Une fois installé à bord, il suffit d’appuyer sur le bouton Start & Stop pour démarrer.
La vocation écologique de la Prius est immédiatement affirmée puisque le moteur électrique ne provoque ni nuisance sonore, ni rejet de CO2. A bord, le silence est impressionnant  et nous sommes bluffés par le fait de pouvoir rouler sans entendre la moindre sonorité émanant du bloc moteur. Habitué à pousser les moteurs thermiques  traditionnels dès leur mise en marche très haut dans les tours, là, d’un coup, en devient plus sage, plus mesuré et s’efforçant  d’avoir un comportement plus contenu. A ce titre, on peut considérer que la Prius, par ses prestations écologiques, éduque le conducteur et lui fait prendre conscience que des enjeux liés à notre devenir sont autrement plus importants que le plaisir lié à la mécanique (vitesse, performance, sonorité…).

En ville et particulièrement dans les embouteillages, la Prius se révèle très agréable à conduire grâce à sa légèreté tirée d’une part de sa structure de caisse et de certains de ses composants  en aluminium tels que son capot, le hayon et les rotules de suspension et d’autre part, par une étonnante linéarité lors du passage de l’énergie électrique  à l’essence car il faut bien comprendre que le conducteur ne commande pas cette transition, c’est le véhicule lui-même qui à partir d’une certaine vitesse (30Km/H) abandonne le mode électrique pour enclencher le moteur thermique. Dans certains cas, par exemple lors d’une brutale accélération ou en côte, la voiture détecte le besoin d’une puissance plus importante et met en marche le moteur essence.
Cette troisième génération de la Prius inaugure la dernière génération du groupe motopropulseur Hybrid  Synergy Drive de Toyota qui associe un moteur essence à cycle Atkinson de 1.8L d’une cylindrée de 1797cc développant une puissance de 99ch à un puissant moteur électrique de 82ch. La combinaison de ces deux sources d’énergies dote la Prius d’une puissance totale de 136ch pour un couple de 142Nm à 4000Trs/min. Sa vitesse de pointe est de 180Km/h alors que le 0 à 100Km/h est effectué en 10.7secondes. Ce système hybride est couplé à une boite de vitesse automatique  électrique à variation continue. 
A l’usage, cette Prius propose trois modes de conduite qui élargissent l’éventail des possibilités de la propulsion 100% hybride. Le mode EV permet un fonctionnement hyper silencieux en recourant au seul moteur électrique sur 2Km au maximum moyennant une consommation de carburant et des émissions nulles. Pour sa part, le mode ECO privilégie la sobriété en tempérant la réponse aux sollicitations des gaz et en limitant la consommation électrique de la climatisation. Enfin, le troisième et dernier mode de conduite, c’est le mode Power qui dope les performances du système. 
Au final, la Prius ne réclame que 3.9litres au 100Km, ce qui est appréciable d’autant plus que sur la route, elle fait preuve d’un comportement sûr. Aussi, elle dispose de nombreuses aides à la conduite comme l’antiblocage des roues ABS avec répartiteur électronique de la force de freinage EBD,  du système d’amplification BA et d’alerte EBS du freinage d’urgence, l’affichage tête haute, le toit ouvrant panoramique avec panneau solaire, sept airbags, le contrôle de stabilité renforcé avec assistance directionnelle VSC et le contrôle électrique de motricité E-TRC.
Reste maintenant à savoir à quel prix sera commercialisée cette Toyota Prius lors de son lancement prévu à la fin de cette année.

            

Une transmission inédite

En dehors de sa spécificité de véhicule hybride, la Toyota Prius se distingue à plusieurs niveaux par son contenu technologique. L’un des plus frappants, réside dans sa transmission qui consiste en un porte-satellites solidaire du moteur thermique qui transmet le couple aux pignons satellites qui entrainent à leurs tours la couronne à denture intérieure. Elle-même, tout en étant solidaire du moteur électrique, transmet le couple aux roues.  Enfin, le pignon planétaire central entraine le générateur producteur d’électricité qui joue le rôle d’alterno-démarreur. C’est ainsi que se transmet la force motrice d’un ou des deux moteurs aux roues. Les pignons satellites qui entrainent la couronne sont reliés vers l’intérieur avec le pignon central.  Cela signifie qu’une partie variable de la force motrice provenant du moteur thermique peut être transférée vers le générateur.
A l’inverse, moteur thermique coupé et l’autre en fonctionnement à partir d’un certain couple résistant du pignon central, la couronne entraine le porte-satellites et le moteur démarre. C’est ce qui explique que dans ces explications techniques, Toyota précise simplement sur ses fiches, transmission variable en continue à gestion électronique (E-CVT).
Sur la planche de bord, la spécificité du levier de vitesse, ressemblant à une espèce de Joystick, est installé de telle sorte à tomber naturellement sous la main. Il se manie avec la simplicité d’un levier d’une boite automatique sauf qu’il revient à sa position initiale, centrale.  Il se distingue aussi par une position B qui augmente le frein moteur et amplifie la récupération d’énergie au freinage. 


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :