Entretien avec Guillaume Josselin, Directeur général Renault Algérie: " Le service pour conforter la confiance du marché"


Guillaume Josselin, directeur général de Renault Algérie a bien voulu nous recevoir pour nous parler sans détour, de la situation du groupe Renault et de ses ambitions.

Pour entamer cet entretien, je souhaiterais connaitre votre appréciation sur le marché ? Pensez-vous que le ralentissement constaté depuis quelques temps va se poursuivre ?

Depuis un an et demi que j’ai la chance de diriger Renault Algérie, j’ai le sentiment que nous évoluons dans un marché  très intéressant en raison de son dynamisme et de la passion dont font preuve les clients pour le produit automobile. Si on revient cinq ans en arrière, on constate que le marché algérien a connu une croissance soutenue qui lui a permis d’atteindre en 2012, son niveau le plus élevé avec un volume approchant les 450 000 unités. Le ralentissement observé en 2013 par rapport à 2012 ne peut en aucun cas être considéré comme dramatique dans la mesure où le volume enregistré l’an dernier reste considérable puisqu’il avoisinait les 425 000unités.Maisau-delà de l’activité commerciale, ce que je trouve de très intéressant sur le marché algérien, c’est la passion manifeste des clients pour le produit automobile. Cette passion je l’observe tous les jours dans nos show-rooms en voyant les clients soulever le capot moteur pour découvrir les différentes mécaniques qui animent nos modèles. Ce geste, nous ne le voyons plus dans les pays où les marchés sont matures. Là-bas, les clients sont plutôt utilitaristes, pour ne pas dire utilitaires. Ici en revanche, il y a une forte relation entre le client et la voiture.

Concernant l’évolution attendue pour cette année, plusieurs facteurs peuvent éventuellement intervenir dans un sens où dans un autre, même s’il est difficile de se projeter dans l’avenir et se risquer à faire des pronostics, je présume que la tendance baissière va se poursuivre mais le volume restera quand même important en raison des forts besoins du marché en termes de mobilité.

 

Il est connu que Renault Algérie occupe une place de choix dans les segments d’entrée de gamme alors que sur les catégories supérieures vos résultats restent modestes. A quand une présence plus significative sur les segments supérieurs ?

Pour nous, groupe Renault Algérie, il s’agit de nous concentrer sur ce qui nous permet de réaliser des volumes importants. Pour cela, il faut être en phase avec les besoins du marché. Je pense, au regard des caractéristiques du marché algérien, que cela ne pouvait se faire qu’avec une forte présence sur les segments d’entrée de gamme et c’est exactement ce que nous avons réussi à faire. Avec Renault, nous disposons d’une offre qui s’articule autour de 3 modèles : Symbol, Campus et Clio4 alors qu’avec Dacia, nous proposons Logan, et Sandero et leurs déclinaisons. Cette offre large et variée, nous permet d’occuper des places de choix sur les deux catégories les plus importantes du marché, à savoir la B et la M0, sachant qu’elles représentent à deux, environ 60% du marché total. Sur le segment M0, Logan est le modèle le plus vendu du marché 2013, tous segments confondus. C’est donc logiquement qu’elle occupe la première place de son segment, face pourtant à de nombreuses concurrentes. Sur le segment B, nous avons en cette année 2013, réussi à reprendre la place de leader du segment avec la Clio 4, conformément à notre annonce lors de son lancement. Je n’omettrais pas de souligner les performances des autres modèles comme Campus et Symbol ainsi que celles de Sandero. Tous ces modèles apportent une forte contribution dans les résultats des deux marques et permettent au groupe Renault de dominer ces catégories prépondérantes sur le marché algérien. Maintenant, il est vrai que sur les segments supérieurs notre présence n’est pas encore aussi efficace. Mais cette situation ne durera pas. Pour cela, une nouvelle approche se dessine et la première ébauche sera l’arrivée de nouvelle Mégane dès le prochain Salon de l’automobile du mois de Mars. Cette nouvelle Mégane nous permettra dans un premier temps de retrouver une place plus conforme à nos potentialités sur le segment M1, celui des compactes. Nous ne comptons pas nous arrêter là puisque de nombreux projets pour les autres catégories sont en cours. Vous comprendrez bien qu’il est encore prématuré pour en parler aujourd’hui, mais sachez que notre ambition est d’être bien présent sur tous les segments et cela se fera. Je ne terminerais pas sur cette question sans évoquer le segment des utilitaires où le savoir faire de Renault est reconnu et apprécié. Nous occupons une place de choix avec le Master qui détient 40% de parts de marché pour être leader de sa catégorie. En revanche, cette année nous avons perdu notre première place sur le segment des fourgonnettes en raison d’un manque de disponibilité du Kangoo durant les quatre premiers mois de l’année 2013. Cela ne nous a pas empêché de prendre la seconde place, juste derrière le Peugeot Partner. Ces résultats nous confortent dans nos choix qui consistent à poser durablement le socle de la réussite du groupe Renault.

Comment se présente l’année 2014 pour les marques Renault et Dacia ?

Comme vous le savez, il est difficile de prévoir comment va évoluer le marché. Plusieurs paramètres peuvent intervenir à tout moment pour basculer la tendance dans un sens ou dans un autre. Ces paramètres nous ne les maitrisons malheureusement pas. Mais au regard de ce qui s’est produit l’an dernier, je présume que la tendance baissière va se poursuivre cette année. Néanmoins, je pense quand même que le marché restera à des niveaux importants en raison des forts besoins en mobilité. Notre ambition est de conforter notre position de leader encore cette année avec une part de marché de 26%, d’autant que la gamme est rafraichie, avec une disponibilité de l’offre plus importante.Nous tablons aussi sur les nouveautés qui viendront enrichir les deux gammes Renault et Dacia avec des modèles comme la nouvelle Megane pour Renault et d’autres événements prévu plus tard dans l’année. Concernant Dacia, nous venons d’introduire le nouveau Duster qui va continuer sa brillante carrière en étant le SUV le plus vendu de sa catégorie.

Entretien_Josselin_03_389713125.jpg  

Vous disposez du réseau le plus étoffé du marché. Qu’en est-il du service après-vente ?

Je pense en toute objectivité qu’en Algérie, il n’y a aucun réseau aussi performant que celui de Renault Algérie. Sans prétendre que nous avons atteint la perfection, je constate que notre réseau est celui qui offre la plus grande proximité. Il est composé de 66 agents, 130 show room et autant d’ateliers. D’ici à fin 2014, ce réseau sera porté à 70 agents. Il est clair que nous avons une longueur d’avance sur la concurrence, d’autant que nous avons initié depuis de nombreuses années le service rapide à travers Renault Minute. Aussi, nous disposons de 28 ateliers de carrosserie-peinture, ce qui nous permet d’occuper là aussi la première place dans cette activité du service. De la même manière, un effort particulier a été fait sur la pièce de rechange. Nous disposons du plus grand magasin central de pièce et nous améliorons constamment les délais de disponibilité de la pièce car nous ne pouvons nous permettre de laisser un client sans mobilité surtout si son véhicule est à usage professionnel. Aussi, il faut savoir que tous les mois, nous nous faisons mesurer par un prestataire extérieur qui pose une série de questions aux clients avec une question finale « Recommanderiez-vous le réseau Renault à vos amis et proches ? ». Notre objectif est d’atteindre un taux de réponses positives de 90%. A fin 2013, nous étions à 87,6% de clients qui recommandent Renault. Nous sommes donc très proches de notre but mais nous restons conscients que ce sont les derniers points qui sont les plus difficiles à obtenir. Dans un autre registre, nous poursuivons nos programmes de formation au profit de notre personnel et celui de notre réseau de distribution. Notre centre de formation de Boufarik, unique dans le pays, apporte ainsi une contribution efficace et importante dans la maîtrise des process et l’amélioration de la qualité de service. Ceci étant dit, nous envisageons de progresser à tous les niveaux de l’activité après-vente car il est important pour nous d’offrir la même prestation à nos clients où qu’ils se trouvent. Nous savons très bien que le SAV est primordial pour la pérennité de notre activité qui en dépend dans une large mesure. Aussi je voudrais souligner les efforts consentis dans la partie des délais de livraison qui ont été considérablement réduits. Aujourd’hui, nous proposons une livraison immédiate sur de nombreux modèles à la faveur du travail accompli sur la logistique avec l’accroissement, entre autres, des capacités de transport et de stockage. Enfin, je dirais que la qualité du service reste une préoccupation majeure pour Renault Algérie, car nous estimons qu’il est le meilleur moyen de conforter la confiance du marché.

Entretien_Josselin_02_841941740.jpg 

La marque Dacia a nettement évolué ces dernières années. Le qualificatif « Low Cost » est-il en train d’être abandonné ?

Tout d’abord permettez-moi de dire que je n’apprécie pas le terme « Low Cost ». Je qualifierais la marque Dacia du concept « Achat malin ». Depuis le début, son positionnement a été voulu simple, généreux et accessible pour le plus grand nombre. Je rappellerais aussi que Dacia est une marque jeune, elle a été lancée en Algérie en 2005. En huit ans, elle a gravit les échelons pour se positionner à la troisième place du marché. Ce qui, vous conviendrez, est appréciable. Cela veut dire que la gamme correspond bien aux attentes des clients. Aussi, étant adossée à Renault, cela a certainement rassuré les clients sachant que les mécaniques sont d’origine Renault et que l’entretien se fait dans le réseau Renault. Par ailleurs, les modèles Dacia sont d’une fiabilité remarquable bénéficiant d’une garantie de trois ans, faciles à entretenir avec peu d’électronique. Maintenant, avoir des produits accessibles ne veut pas dire des produits sans séduction. Nous avons écouté nos clients pendant toutes ces années et je citerais l’exemple du Duster à qui les clients reprochaient son manque d’insonorisation. Nous avons pris en compte cet aspect qui a été largement corrigé à l’occasion de son restylage. Dacia évolue bien, en se présentant aujourd’hui dans une gamme diversifiée, moderne et adaptée. Son succès justifie amplement son positionnement.

Pouvez-vous nous dire le thème de votre participation au salon d’Alger et quelles sont les nouveautés qui y seront exposées ?

Lors du prochain salon qui se tiendra à partir du 12 Mars prochain, nous dévoilerons comme je vous l’ai dit, la nouvelle Megane pour laquelle nous avons des ambitions de croissance légitimes. Cette nouvelle mouture va certainement nous permettre de retrouver des volumes plus conformes à nos potentialités sur ce segment. Par ailleurs, elle marquera le début d’une offensive sur les segments moyens et supérieurs. Concernant la marque Dacia, la gamme a été complètement renouvelée et dernier maillon de ce renouvellement est bien sûr le SUV Duster qui adopte un style rafraichit. Son évolution, au-delà du style, va plus loin en termes de contenu technologique, avec des mécaniques plus sobres et un confort à l’usage accru.

 


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :