Entretien avec François Dabadie, Chef de projet Citroën C-Elysée : « C-Elysée n’est et ne sera pas un modèle Low Cost »


Rencontré sur le stand Citroën au salon de l’automobile de Paris, François Dabadie, chef de projet du nouveau modèle C-Elysée a bien voulu répondre à nos questions.

Comment avez-vous pu concilier la stratégie de montée en gamme de la marque à la conception de C-Elysée, modèle d’entrée de gamme et accessible, destiné aux marchés de l’internationale ?

Effectivement, nous avons initié une stratégie de montée en gamme qui est un des axes de notre développement, l’autre axe consiste en la conquête de nouvelles parts de marché à l’internationale. Pour illustrer cela, je dirais que la montée en gamme est concrétisée par l’arrivée de la gamme DS qui connaît un grand succès sur tous les marchés où elle est commercialisée. En même temps, nous nous sommes intéressés à ce qui se fait sur les marchés de l’internationale auxquels  nous prêtons une grande attention depuis de nombreuses années. Un travail énorme a été accompli consistant en la récolte d’informations sur des marchés comme l’Algérie et le Maghreb, le Moyen-Orient, l’Europe de l’Est et l’Amérique du Sud. Ce travail nous a permis de saisir et de comprendre les attentes des clients de ces marchés.

Citroen_C_Elys_e_01_513915298.jpgCitroen_C_Elys_e_02_313029492.jpg 

Aujourd’hui, nous apportons avec C-Elysée, une véritable réponse à ces attentes. C’est ce qui explique que ce modèle se prédestine en priorité aux marchés situés hors d’Europe. Pour ce qui est de concilier ces deux axes de notre stratégie, nous pensons qu’ils ne sont pas contradictoires puisque nous essayons d’apporter des réponses différentes, mais adaptées aux besoins de chaque client. La clientèle des marchés à l’internationale a manifestement besoin d’un modèle très habitable, statutaire par son style, doté d’équipements moderne sur le plan du confort et de la sécurité mais avec cet avantage de demeurer accessible en termes de prix.

Quel a été le cahier des charges de C-Elysée. Autrement dit quels sont les points sur lesquels aucun compromis n’a été fait ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que C-Elysée est une vraie Citroën, conçue et développée par une équipe d’ingénieurs de la marque et produite sur un site du groupe PSA, situé à Vigo, en Espagne. Cela veut dire que les étapes de conception et de production obéissent à des critères rigoureusement drastiques. Ensuite, la philosophie de la marque a largement été préservée et mise en avant sur ce modèle, car pour nous, il est important que C-Elysée soit identifiée comme une Citroën dès le premier coup d’œil. Enfin j’ajouterais que, nous nous sommes concentrés sur de nombreux points que la clientèle identifie comme fondamentaux sur la voiture qu’elle veut avoir. Ces points concernent comme je l’ai évoqué l’habitabilité, et je pense que C-Elysée dispose d’un espace habitable rare sur son segment en plus de son coffre capable de charger un volume de 506litres.

Citroen_C_Elys_e_03_568138306.jpgCitroen_C_Elysee_08_158737258.jpg 

Aussi, les motorisations sont économiques et dotées d’un contenu technologique appréciable comme le VTi de 72ch qui offre un agrément de conduite étonnant et une consommation maîtrisée. La sécurité, le confort la fiabilité, la durabilité et le design sont d’autres sujets sur lesquels aucun compromis n’a été fait. Notre démarche n’a pas été celle qui consiste à proposer une voiture dépouillée. Bien au contraire, nous avons voulu que le client de C-Elysée soit fier de la conduire pendant de nombreuses années. Sincèrement, je crois que nous sommes arrivés à un excellent résultat.

Vous rejetez donc totalement le qualificatif « Low Cost » pour ce modèle ?

La définition Low Cost a été initiée par d’autres constructeurs. A aucun moment nous n’avons essayé de suivre la même voie pour la simple et bonne raison que nous sommes convaincus qu’il existe une clientèle pour des modèles accessible en prix, mais valorisants. C-Elysée n’est pas et ne peut pas être un véhicule Low cost. Comme je viens de vous l’expliquer, nous n’avons pas fait de compromis ni sur l’esthétique, ni sur les prestations. C’est aussi pour cette raison que C-Elysée sera positionnée au dessus des modèles identifiés comme Low Cost.

Citroen_C_Elysee_10_456408516.jpgCitroen_C_Elysee_11_753972065.jpg

Quels sont selon vous, les atouts de C-Elysée ?

J’en ai déjà évoqué quelques uns comme l’habitabilité, la fiabilité et l’économie à l’usage. Mais pour être plus complet, je dirais que C-Elysée n’est pas un dérivé d’un modèle Bicorps. Elle a été dessinée à partir d’une feuille blanche et nous avons tenu à ce qu’elle soit élégante, d’une élégance propre aux modèles tricorps. Par ailleurs, la diversité des marchés auxquels elle est destinée nous a obligés à revoir sa garde au sol, portée à 14cm, pour être un peu plus élevée que ce que nous connaissons. Cela a aussi impliqué des contraintes techniques que nous avons résolues, par l’adoption par exemplaire d’une double barrière d’étanchéité, sur les portières. Cela permet de renforcer l’efficacité thermique et l’étanchéité à la poussière. Je peux évoquer de nombreux autres détails techniques comme ceux là, mais je pense que nous avons développé une voiture capable de rouler dans des endroits aussi chauds que ceux de l’Afrique et en même temps aussi froids que ceux de Sibérie. Nous avons effectué des tests de roulage dans différents endroits, sur 4millions de Km, ce qui nous permet de promettre une fiabilité sans faille, avant de venir l’exposer aujourd’hui au salon de Paris.

Citroen_C_Elysee_13_641163078.jpgEntretien_C_Elys_e_03_438281864.jpg

Au regard du gabarit et du poids de C-Elysée, êtes-vous convaincu que la motorisation VTi de 72ch puisse connaitre le succès sur un marché tel que celui d’Algérie ?

Il nous appartient de lever d’éventuelles réticences de tel marché sur tel moteur ou de tel autre marché sur tel autre équipement. Comme vous le savez, notre positionnement est « Créative technologie ». A partir de là, la marque tiens absolument à ce que tous les modèles qu’elle commercialise, sur n’importe quel marché, puisse revendiquer un contenu technologique digne d’une Citroën. Et C-Elysée ne fait pas exception à la règle. Pour ce qui est du moteur 3cylindres VTi de 72ch, il faut savoir que c’est un tout nouveau bloc, récemment mis au point par notre centre de recherche. Il appartient à une nouvelle famille de moteur que nous appelons « Pure tech ». Par ailleurs, cette famille de moteurs répond aux nouvelles exigences en termes de consommation et d’émissions polluantes.  Ces moteurs pure tech mettent en avant ce qui est appelé le « Le Downsizing ». Cela consiste à mettre en œuvre des moteurs toujours plus petits, mais toujours plus performants. La chasse aux émissions polluantes et la consommation doit être importante partout dans le monde même si cela parait plus évident en Europe. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que ce moteur VTi de 72ch est comparable à l’ancien 1.4l de 75ch, mais avec l’avantage de permettre une économie de carburant d’environ 20%. Pour le client, cela est considérable. Il nous appartiendra de faire essayer la voiture qui n’est pas très lourde puisque son premier poids avoisine les 950Kg.

Pour sa première année de production, quel est le volume que vous avez prévu ?

Nous avons prévu de produire un peu plus de 30 000unités dès 2013. Ce volume ne concerne pas la Chine qui verra l’arrivée de C-Elysée sur ce marché au début de l’année 2014.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :