M. Reda Bouabid, Général Manager Porsche: “Porsche, c’est la culture des paradoxes”


Nous nous sommes rapprochés de Reda Bouabid, responsable de Porsche, pour mieux comprendre les ambitions de cette marque pour notre marché. Il nous en parle avec franchise.

Le mensuel de l’Automobile
Pouvez-vous nous décrire les fondements et les valeurs qui forgent les caractéristiques et la personnalité de la marque Porsche ?
Reda Bouabid
Ce qui distingue Porsche de ses concurrents et ce qui fait ses valeurs, réside dans sa capacité à concilier les extrêmes et à cultiver les paradoxes. De fait  et dès les débuts de son histoire, la marque a su allier avec brio certaines caractéristiques qui, à priori, semblaient inconciliables. Chez Porsche, cela a été possible avec la mise en avant d’une gamme de véhicules d’une grande polyvalence où le dynamisme et la performance cohabitent judicieusement avec l’ergonomie et le confort. Plus loin que ça, Porsche a toujours été une marque qui a su être exclusive. Qu’à cela ne tienne, elle a été toujours été acceptée par son environnement sociétal et pour de nombreuses personnes, même si elle ne reste qu’un rêve, elle est aussi le symbole de la réussite sociale et de l’affirmation de soi.
D’un autre point de vue, le style de a marque, tout en ayant connu une évolution significative, a su préserver ses gènes pour capitaliser sur son succès. Notre modèle emblématique, la 911, symbolise fortement cette évolution à travers les temps et qui lui a permis de rencontrer un succès toujours grandissant même si le modèle d’aujourd’hui ressemble énormément au modèle de 1963. C’est dire  combien l’histoire de la marque est omniprésente à travers ses modèles qui sont en fait le reflet d’une philosophie automobile largement orientée vers les préoccupations du conducteur.
Enfin et pour être complet sur cette question relative aux valeurs de Porsche, je dirai que la marque représente l’alliance entre la tradition automobile et l’innovation technologique, le dynamisme et la souveraineté, le design et la fonctionnalité, l’exclusivité et l’acceptation sociale, la fascination et la réalité et enfin, la performance et l’aptitude au quotidien. Comme vous le voyez, ces notions reflètent bien une véritable culture du paradoxe.

D’une manière générale, qui sont les clients de Porsche et pourquoi choisissent t-ils votre marque ?
C’est tout d’abord de grands passionnés de la marque et des connaisseurs avec une culture automobile de haut niveau et un niveau d’exigences très élevé en termes de qualité produit et service. Aussi, je dirai que les clients Porsche sont dans la plus part des cas, des gens qui ont réussit dans la vie et qui expriment  à travers l’acquisition d’un modèle Porsche, un certain statut social.

Par ailleurs et au-delà du rêve que suscite la marque, les porschistes sont généralement des clients convaincus à qui il n’est nul besoin d’argumenter pour les convaincre des qualités de la marque. Ce qui les intéresse en général, c’est d’avoir une Porsche qui leur ressemble et qui reflète leur façon de vivre. C’est pour cela que d’une manière générale, une Porsche,  quelque soit le modèle, est toujours une voiture exclusive, c'est-à-dire conçue pour un client bien particulier,  selon les options et caractéristiques techniques choisis par le client lui-même. Aussi, le facteur coup de cœur est très présent sur certains modèles. En dehors de la 911, la Panamera  suscite un engouement particulier alors que la Cayenne, premier modèle de la marque à avoir bénéficié d’un moteur diesel, connait un succès retentissant.  Je dois dire aussi que le Cayman et le Boxster  connaissent sur certains marchés un succès éclatant.

Comme vous venez de le signaler, le Cayenne est l’initiateur de la motorisation diesel chez Porsche. Sera-t-il suivit par d’autres modèles ?
Effectivement, notre constructeur prévoit dès le mois de septembre prochain de lancer une version diesel de la Panamera. Cette motorisation diesel, et on l’a vérifié avec le Porsche Cayenne, va permettre à la Panamera d’élargir son rayon d’actions pour toucher de nouveaux clients. La Panamera diesel sera bien sûr proposée à notre clientèle algérienne dés la fin de cette année. Je suis très confiant quant à la reussite de ce modèle sur notre marché sachant que de nombreux clients sont férus de ce type de motorisations.

Porsche est arrivée sur notre marché lors du dernier Salon d’Alger qui s’est tenu en mars dernier. Quel est votre sentiment par rapport à l’accueil que lui a réservé le marché et comment préfigurez-vous la réaction de ce dernier ?
Franchement et pour tout vous dire, je suis étonné de l’accueil que nous a témoigné le grand public lors du 14ème Salon d’Alger au cours duquel nous avons présenté Porsche pour la première fois en Algérie. Ce que nous avons vu lors de cette manifestation nous a conforté dans notre idée que Porsche était attendue par le marché algérien. Ce dernier, même s’il reste modeste pour l’instant en volumes, dispose de réelles potentialités qui lui permettront de croitre et d’évoluer d’une manière significative. Par ailleurs et c’est aussi un indicateur, les médias, entre la presse spécialisée et la généraliste à été unanime à saluer l’arrivée de Porsche sur notre marché. Tout cela nous encourage à aller de l’avant pour donner à notre marque une véritable place dans un segment, le prémium, qui reste à construire. Cette première année de notre présence sur le marché algérien sera pour nous une année de test au cours de laquelle, nous évaluerons le niveau de développement de la marque et définir un plan pour son avenir. Maintenant, je dois dire que je suis optimiste au regard de ce que nous avons pu réaliser au cours de ces quelques semaines. Ce qui me laisse penser que nous pouvons réussir, c’est surtout le caractère du client algérien qui se distingue par son exigence illimitée en termes d’options. Ce qu’il faut savoir c’est que Porsche propose un châssis avec un moteur constituant le véhicule proposé sur un tarif de base. Le reste des équipements est généralement choisit par le client lui-même pour arriver à un prix final du véhicule. Et de ce point de vu, le client algérien, selon ce que nous avons constaté, veut avoir les meilleurs équipements sans trop faire attention au prix. Cette façon de faire me laisse penser que notre clientèle est très exigeante et manifeste cette caractèristique par son souhait de profiter d’une offre véhicule exclusive.

Quel est le volume que vous prévoyez d’introduire au cours de cette année 2011 ?
Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, cette première année de Porsche en Algérie reste pour nous une année de test. Cela veut dire que le nombre de véhicules que nous auront à commercialiser n’est pas du tout de la première importance. Ceci étant dit, nous avons quand même établi un objectif volume que nous avons défini entre 40 et 50 véhicules. Si nous parvenons à le réaliser, ça serait bien et dans le cas contraire, ça ne sera pas la fin du monde. Le plus important pour nous reste notre préoccupation qui consiste à donner à Porsche les moyens de ses développer. C’est à ce titre que des travaux sont actuellement en cours  pour ériger un service après vente dédié et un showroom digne des standards de la marque. Nous travaillons aussi à améliorer le niveau de connaissance de notre équipe que ce soit l’équipe commerciale ou l’équipe du SAV.

Parmi les modèles de votre gamme, quel est celui sur lequel vous tablez le plus pour conquérir le maximum de clients ?
Sans hésitation aucune, je dirai que c’est le Porsche Cayenne tout simplement parce que la clientèle algérienne demeure férue de motorisations diesels et par ailleurs, le Cayenne est une Porsche donc un modèle avec une forte image. Si on ajoute à ces éléments le fait qu’il soit un tout terrain, donc un modèle évoluant dans un segment de marché en forte croissance, cela explique logiquement notre optimisme de voir le Cayenne rencontrer un succès grandissant. Ceci dit, je pense que nous auront bientôt la chance d’accueillir dans notre gamme la Panamera diesel qui à son tour et j’en suis sûr apportera sa contribution pour permettre à la marque d’élargir son champ de conquête.

Un dernier mot pour clore cet entretien ?
Pour finir cet entretien, je voudrais dire que nous arrivons sur le marché avec une grande modestie mais avec la determination de réussir. Nous comptons développer des installations aux normes de notre marque, pour être à la hauteur des attentes de nos clients. Sovac a toujours su se positionner en termes de qualité produits et services, c’est cet axe que nous allons renforcer avec Porsche. Maintenant, nous nous devons d’être raisonnables et nous donner le temps qu’il faut pour contribuer à donner au segment premium sa véritable place.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :