Le groupe PSA lance le chantier de l’usine PCPA


Enfin ! Après quatre longues années d’attente, les travaux du chantier de la future usine Peugeot Citroën Production Algérie ont été lancé dimanche dernier.

Le coup de starter de ces travaux a été donné par Jean Christophe Quemard et Mustapha Hamoudi, respectivement directeur de la zone MENA chez le groupe PSA et directeur général du développement industriel et technologique au ministère de l’industrie et des mines.

Située à Tafraoui, à proximité du chemin de wilaya 50, ce futur site de production du groupe PSA s’avère bien localisé puisqu’il est proche des ports d’Oran, de Ghazaouet et de Mostaganem. Il est également tout près de l’autoroute Est-Ouest. Les travaux entamé dimanche dernier dureront quelques mois à peine puisque les promoteurs de ce projet prévoient l’entrée en production dès le début du mois de janvier prochain. Les premiers véhicules qui sortiront des lignes d’assemblage seront livrés vers la fin du premier mois de l’année 2020.

USINE_PCPA_03_567881775.jpg 

Objectif : Créer un véritable écosystème automobile

S’étalant sur une superficie globale de 120 hectares, l’usine PCPA prévoit de consacrer 80 hectares au profit des équipementiers et fournisseurs qui viendront s’installer à la périphérie de l’usine d’assemblage qui, de son coté occupera 40 hectares. Selon Jean Christophe Quemard, les équipementiers qui accompagneront cette usine apporteront une forte contribution qui permettra de relever le défi du taux d’intégration d’une part et d’autre part de créer un écosystème automobile qui garantira la pérennité du groupe PSA en Algérie.  Par ailleurs, lors du point de presse organisé en marge de la conférence de présentation de ce projet, Jean Christophe Quemard n’a pas manqué de souligner la persévérance et la patience du groupe PSA pour lancer cette usine. Sûr de la légitimité des marques du groupe, particulièrement Peugeot, l’orateur a indiqué que le marché algérien demeure un marché important en raison de l’histoire qui lie les algériens à la marque au lion. Une histoire presque centenaire qui confère une forte ambition à cette usine avec laquelle l’orateur affiche d’ores et déjà, l’objectif de retrouver une place de choix sur le marché en tablant sur une pénétration de 20%.

Cet objectif est très raisonnable au regard de la capacité de production annoncée pour la première année 2020 durant laquelle 50 000 véhicules seront assemblés à un rythme de 10 à 15 véhicules par heure. Ce volume sera en constante croissance pour atteindre les 75 000 unités la troisième année. Cette troisième année sera véritablement une année charnière puisque l’usine se dotera à ce moment-là des ateliers de ferrage et de peinture. L’arrivée de ces deux ateliers permettra d’atteindre un taux d’intégration de plus de 40%, sachant que les équipementiers qui viendront fournir l’usine de plusieurs composants et pièces fabriquées localement, comme les sièges, les faisceaux, les planches de bord, les joint d’étanchéité, les lignes d’échappements, les protections plastique et les batteries.

De son côté, le représentant du ministère de l’industrie, Mustapha Hamoudi a souligné « la volonté des pouvoirs publics à permettre la réalisation d’une véritable industrie automobile, cette activité reste une priorité pour le gouvernement. Cela passe, par la nécessité pour les opérateurs de se conformer au cahier des charges ».

USINE_PCPA_05_996982151.jpg 

 

Trois modèles pour s’attaquer au marché 

 

Lors du démarrage de son activité prévu dès le début 2020, cette usine PCPA produira trois modèles : « Les plus adaptés à la demande et au besoin du marché », selon Jean Christophe Quemard qui a tenu à ne pas divulguer les modèles en question. Ces derniers, des modèles Peugeot et Citroën seront probablement la nouvelle 208, le ludospace Rifter (en VP et VU) et la nouvelle C3. Ils seront donc assemblés dans le système SKD avant que l’usine ne passe vers le système CKD et peut être les arrivées de modèles des marques DS et Opel. Exit donc les Peugeot 301 et Citroën C-Elysée dont la production a été arrêtée depuis longtemps.

Coté emploi, plus de 200 personnes seront recrutées avant la fin de cette année. Il est prévu, à la faveur de l’accroissement du volume de production d’atteindre le chiffre de 600 collaborateurs vers la fin 2020. En parallèle, les équipementiers recruteront environ 450 personnes qui s’ajouteront aux 1000 collaborateurs du réseau de distribution de Peugeot Algérie qui compte 42 points de représentation à travers le territoire national.

Lors de la conférence de presse, le représentant du ministère de l’industrie, Mustapha Hamoudi a souligné "la volonté des pouvoirs publics à permettre la réalisation d’une véritable industrie automobile, cette activité reste une priorité pour le gouvernement. Cela passe selon lui, par la nécessité pour les opérateurs de se conformer au cahier des charges".

Le projet Peugeot-Citroën Production en chiffre


- Superficie globale : 120 ha
- Superficie de PCPA : 40 ha
- Entrée en production : 1er semestre 2020
- Capacité de production : 10 véh/h à 15 véh/h, soit 50 000 unités en 2020 devant évoluer à 75 000 unités/an à terme
- Taux d’intégration : 15% en 2020 et 40% à partir de la 3e année.
- Effectif :  
- PCPA : 800 emplois
- Fournisseurs : 450 emplois
- Réseau Peugeot-Algérie : 1 000 emploi
- Coût du projet : 100 millions d’euros
- Exonération 5 ans des droits de douane
- Exonération 5 ans de la TVA
- Parts de marché de Peugeot en Algérie : 20%.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :