Nissan annonce l’installation prochaine de son usine algérienne


Après plus de vingt cinq ans de partenariat commercial, Nissan Algérie vient d’annoncer son passage à une phase industrielle grâce à la signature d’un accord avec le constructeur japonais.

Cette annonce augure de nouvelles perspectives aussi bien pour Nissan Algérie que pour le constructeur. En effet, le marché algérien étant considéré comme une porte d’entrée sur le continent africain, Nissan Motors Corporation a voulu saisir l’opportunité de son partenariat avec Nissan Algérie pour installer un outil industriel qui lui permettra à terme de fournir aussi bien le marché local que certains marchés de l’export. Pour son partenaire Nissan Algérie, c’est une nouvelle ère qui commence avec de nombreux défis à relever. C’est également le début d’une nouvelle aventure, passionnante à plus d’un titre. Nissan Algérie est connu pour être un des plus anciens acteurs dans le marché de l’automobile puisque ses débuts dans la filière remontent au tout début des années 1990. C’est donc un aboutissement logique, au regard de l’expérience cumulée par cette entreprise dans le domaine automobile.

NISSAN_USINE_04_BON_734192347.jpg 

Le projet en lui-même sera effectif au second semestre de l’année 2020. Pour la réalisation de cette usine, un investissement de 160 Millions de Dollars est annoncé. Feriel et Sefiane Hasnaoui, co-président du groupe éponyme ont signé l’accord avec le représentant du constructeur nippon Peyman Kargar, vice-président senior et président de Nissan pour la région Afrique, Moyen-Orient et Inde. Selon les prévisions annoncées, quatre modèles seront assemblés au niveau de cette usine qui sera installée dans la région d’Oran, probablement à Tafraoui. Sa capacité de production sera de 63 000 unités par an. Le pick up Navara, la citadine Micra, la berline sedan Sunny et probablement le camion NT 400 sont les modèles qui y seront assemblés. Le choix de ces modèles est tout à fait logique en raison de la configuration du marché et de ses besoins. Dans une de ses interventions, Sefiane Hasnaoui a souligné qu’une partie de la production sera dotée de Kits GPL.

Par ailleurs, le patron de Nissan Algérie a indiqué que ce projet permettra de mutualiser les efforts dans la perspective de développer la sous-traitance et atteindre des niveaux respectables en termes de taux d’intégration. « Pour ce faire, a-t-il précisé, un travail sera amorcé avec les fournisseurs déjà en place et qui exercent avec des usines déjà en activité. Nous profiterons de nos plateformes similaires pour faire évoluer les volumes des pièces et des composants de première monte. Nous pourrons également solliciter les fournisseurs historiques de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ».

En termes d’emplois, l’usine Groupe Hasnaoui Automotive Production, permettra la création de pas moins de 1 800 emplois directs et 3000 emplois indirects.  

 


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :