Marché algérien des 2 Roues : Une mutation déjà perceptible


Pour beaucoup d’algériens, la mobilité n’est plus l’apanage des voitures. La preuve, ils sont de plus en plus nombreux à s’orienter vers les deux roues.

 

 

 

 

 

 

Jeunes et moins jeunes sont en effet, plus enclins à s’orienter vers ce type de transport pour plusieurs raisons dont le prix est un facteur prépondérant. Mais il n’y a pas que la problématique du budget qui fait basculer le marché vers les deux roues. La flambée des prix sur les voitures, les embouteillages en milieu urbain, le manque de parking pour se garer et le temps perdu, sont autant de raisons qui font que le marché montre des signes d’une nouvelle tendance qui consiste à aller vers un moyen de transport plus accessible, et sans les contraintes que l’on connait pour se déplacer. Ces dernières années, le marché des cycles et motocycles devient une véritable alternative pour beaucoup d’usagers de la route.

Néanmoins, son développement reste tributaire de nombreux paramètres, aussi bien liés à la législation qu’au niveau du professionnalisme des distributeurs. Sur le plan de la législation, il convient de souligner que notre pays ne s’est encore pas penché sur la question des voies dédiées aux motos et autres vélos, alors que cela existe partout ailleurs et a démontré son apport pour la sécurité, sachant que l’Algérie est un des pays qui enregistrent chaque année un nombre très important de drame sur ses routes. A ce titre et connaissant la vulnérabilité des usagers des roues en cas d’accident, cette question mérite d’être prise en charge par le législateur. Dans un autre domaine, alors que la majorité des pays luttent sans relâche pour diminuer les émissions de CO2, en encourageant l’usage du vélo et autres motos (beaucoup moins polluantes que la voiture), chez nous rien ou presque n’est fait dans ce sens. Aussi, nous pouvons ajouter qu’il est aujourd’hui indispensable que le marché des deux roues soit encadré par un cahier des charges qui définissent clairement les droits et devoirs de chacun.

MOTARDS_ALGERIE_02_329918500.jpg 

Idem pour les distributeurs (importateurs ou fabricants), ils se doivent de rapidement évoluer pour aller vers davantage de professionnalisme en se concentrant sur l’ensemble de leurs responsabilités qui s’articulent autour de la prise en charge des clients en termes d’après-vente, de garantir la disponibilité de la pièce de rechange d’origine et proposer des offres commerciales en adéquation avec les attentes du marché, avec un contrat de garantie transparent. Actuellement, la situation que vit le marché de la moto nous rappelle celui qu’avait connu le marché de l’automobile au début des années 2000. L’immaturité des distributeurs, souvent mus par le commerce en raison de la forte demande qui se manifeste, oublient le plus souvent de développer leurs activités dans le sens d’une satisfaction globale des clients, allant au-delà de l’offre commerciale.

En tout état de cause, l’évolution du marché de la moto reste prometteuse au regard de l’intérêt croissant du marché pour cette solution de mobilité, dont une large partie est dominée par les modèle utilitaire et d’entrée de gamme. C’est dire que les besoins restent largement insatisfaits.

Aux professionnels de faire l’effort nécessaire pour encourager le marché en le rassurant sur leurs capacités à être à la hauteur de ses attentes. C’est ce qui ressort en tout cas, de la première édition du salon Almoto qui se clôture aujourd’hui.

 

 

 

 


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :