Groupe Renault : Une convention de la sous-traitance pour insuffler une nouvelle dynamique


Le Groupe Renault et ses partenaires algériens ont organisé ce jeudi 27 Avril, avec l’appui du Ministère de l’Industrie et des Mines, une Convention de la Sous-traitance, pour accélérer le développement de la filière automobile en Algérie.

 

 

 

Cette rencontre a regroupé plus de 200 fournisseurs locaux et internationaux, en présence du Ministre de l’industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, du Wali d’Oran et de hauts responsables du Groupe Renault à l’instar de Mme Véronique SARLAT-DEPOTTE, Directeur des Achats de l’Alliance Renault-Nissan et P-D.G. de RNPO ; M. Gaspar GASCON-ABELLAN, Directeur de l’Ingénierie du Groupe Renault ; M. Bernard CAMBIER, Directeur des Opérations de la Région Afrique-Moyen-Orient et Inde (AMI) du Groupe Renault ; M. Guillaume JOSSELIN, Directeur Général du Groupe Renault en Algérie et M. Armando BENDITTO ESPINA, Président-Directeur Général de Renault Algérie Production.

CONVENTION_01_758248768.jpg 

C’est donc une grande première pour la filière automobile qui connait depuis quelques semaines un véritable coup d’accélérateur avec l’arrivée de véritables projets industriels pour que la production nationale puisse se substituer de manière définitive, d’ici à quelques années, à l’importation. Le groupe Renault, à l'origine de cet événement, démontre encore une fois son rôle d’initiateur après avoir été le premier à s’investir dans un projet de montage de véhicules.

Cette réunion qui a regroupé des équipementiers étrangers, partenaires du groupe français, sont venus de nombreux pays pour rencontrer leurs homologues algériens avec l’objectif de concrétiser des partenariats dans la perspective de faire atteindre à la production nationale d’automobile, un taux d’intégration de 42% dès la fin de l’année 2019. Ces partenariats, s’ils venaient à se concrétiser, permettront également d’augmenter la masse des achats de 50% en trois ans.  Pour Renault, cette perspective de développement a permis de confirmer la production d’un troisième modèle, la Clio 4 Phase II, dès la fin de cette année.  Cela permettra aussi d’accroitre le volume de production à 100 000 unités par an, d’ici à 2022, grâce aussi à l’intégration d’un atelier de tôlerie peinture. A ce titre, le site industriel d’Oued Tlelat subira une transformation majeure dans les prochaines années. L’usine intégrera notamment des départements Tôlerie et Peinture, pour un passage du Semi Knocked Down (SKD) au Completely Knocked Down (CKD). Ce développement de l’usine contribuera sans nul doute au nouveau modèle économique algérien et permettra au Groupe Renault d’accompagner l’Algérie dans ses ambitions d’exportation.

CONVENTION_03_519728296.jpg 

A ce jour, le projet industriel du Groupe Renault à Oran a permis à l’Industrie Algérienne de fabriquer près de 80 000 véhicules, de recruter et de former plus de 800 professionnels, d’intégrer 5 fournisseurs locaux de pièces et 150 fournisseurs de services et biens d’équipements, de créer plus de 2 000 emplois directs et indirects et d’atteindre un taux d’intégration locale de 28%. Le Groupe Renault cible une masse d’achats en Algérie doublée en trois ans, qui intègre les achats locaux de pièces et de services pour les besoins de l’usine d’Oued Tlelat. L’objectif d’intégration locale atteindra ainsi 42% à fin 2019 avec 4 ans d’avance.


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :