Jaguar F-Pace : Redoutable le SUV !


Pour justifier l'existence d'un routier SUV compact dans la gamme d'un constructeur premium, il suffit de regarder les chiffres de vente de ces dernières années en Europe.






Une tendance générale vers la croissance de ce segment « oblige », presque, les constructeurs Premium à s’adapter au bon vouloir des marchés. Pour l’exemple, le Q5 se positionne à la quatrième place des modèles les plus populaires d'Audi. Le X3
, est en cinquième position des chiffres de ventes de BMW. Mais l'exemple de Porsche est encore plus marquant. Son icône, la 911, à été largement dépassée par le MACAN. Pas besoin donc d'être un financier accompli pour conclure sur le côté désormais incontournable d'un SUV, comme l'ont saisi Maserati avec le Levante et encore Bentley avec le Bentayga. A son tour, Jaguar arrive sur ce segment avec certes pas mal de retard, mais avec beaucoup d’à propos avec son F-Pace, présenté pour la première fois au salon de Francfort en 2015.

JFPACE__1__322867595.jpg

Le premier écueil est d'appliquer un style maison, qui a jusqu'ici fait ses preuves avec des berlines, des breaks et des coupés, à la silhouette massive et haute sur pattes d'un SUV, l'histoire ayant prouvé à maintes reprises que ce n'était pas particulièrement facile, comme avec la première génération de Porsche Cayenne ou encore le concept Aston-Martin DBX. Mais la marque de Coventry marque ici ses premiers points : le F-Pace est non seulement un beau SUV, mais aussi une belle Jaguar, mélangeant des phares très XF de part et d'autre de la typique calandre rectangulaire, et des feux arrière semblant directement transposés de la F-Type. Entre les deux, la ligne de toit plongeante et les ailes gonflées lui donnent un aspect dynamique incontestable, et cet aspect valorisant se retrouve, une fois n'est pas coutume, de l'entrée de gamme jusqu'à la finition la plus haute.

JFPACE__2__865078834.jpg

Le design est donc une réussite, mais est-ce aux dépens des volumes offerts par l'habitacle ? Non, mais les raisons sont d'abord à aller chercher du côté des dimensions. Le F-Pace s'inscrit dans la catégorie des SUV compacts mais se révèle être un des plus grands du segment, à 4,73 m de long et 1,93 m de large sans les rétroviseurs, contre respectivement 4,66 m et 1,88 m pour le X3, 4,63 m et 1,90 m pour le Q5 et 4,70 m 1,92 m pour le Macan. Le Jaguar se montre donc largement à la fois le plus habitable, à l'avant comme à l'arrière même au niveau de la garde au toit, et celui offrant la capacité de chargement la plus importante avec 650 litres, contre 550, 540 et 500 litres pour le BMW, l'Audi et le Porsche. Au final, les seules concessions faites au design se retrouvent au niveau de la visibilité : les montants du pare-brise sont très épais et la lunette arrière très fine et peu large n'offre pas un point de vue extraordinaire à travers le rétroviseur intérieur.

JFPACE__4__485351469.jpg

À bord, les habitués de la marque ne se sentiront pas dépaysés : c'est du Jaguar classique mais moderne, avec une finition et un choix des matériaux excellents, une instrumentation entièrement numérique et l'écran central de 10,2 pouces. La position de conduite est parfaite, grâce à un volant ajustable avec amplitude et à la jante épaisse, ainsi qu'un siège réglable en tous sens de série.

JFPACE__3__926532268.jpg

Sous le capot, on retrouve des motorisations déjà connues, à commencer par le V6 3,0 l à compresseur de 340 et 380 ch, l'offre essence devant recevoir bientôt le renfort d'un 4 cylindres 2,0 l turbo de 240 ch, et deux motorisations diesels, le 4 cylindres 2,0 l de 180 ch et le V6 3,0 l de 300 ch. Le plus petit diesel devrait représenter selon Jaguar 70 % des ventes, les 30 % restants se partageant entre le six cylindres diesel, à hauteur de 20 % et les moteurs à essence à hauteur de 10 %. Ces mécaniques sont associées au choix du client à la transmission aux seules roues arrière et à la boîte mécanique. La consommation annoncée est de seulement 4,9 l/100 km en cycle mixte. Cela reste appréciable au regard du poids minimum de 1 665 kg.

Jaguar_F_Pace_2017_1280_10_614992759.jpg

Le Jaguar F-Pace est donc disponible en propulsion avec le 2,0 l diesel mais reçoit sinon une transmission intégrale profitant de l'immense expérience dans le domaine des cousins de chez Land Rover. La répartition du couple va de 90 % vers l'arrière en condition optimale, offrant alors au SUV du félin un équilibre de propulsion, à 50/50 en cas de motricité défaillante et jusqu'à 90 % sur l'avant si les circonstances le réclament, l'électronique passant de l'un à l'autre en 165 millisecondes. De série sur les finitions haut de gamme S et Premier Edition, les amortisseurs pilotés et le système Adaptive Surface Response poussent encore un peu plus loin les capacités du F-Pace à la fois sur routes bitumées et dès qu'on s'éloigne de l’asphalte.

 


Razmjena

Add to Twitter Add to Twitter

Add to Google



  • email Envoyer à un ami
  • print Version imprimable

Commentaires (0 envoyés) :

Réagissez et insérer votre commentaire comment
Veuillez entrer le code de l'image :